God Save The Serie

Le bonheur ne tient qu'à un bon épisode.

Recap de la semaine #1 : séries US.

Au sommaire : un pirate au coeur brisé, la vie amoureuse tourmentée de La Comtesse, Connor qui s’est acheté une conscience…Bienvenue dans la recap de la semaine !

ATTENTION SPOILERS !

ONCE UPON A TIME 

5

Episode 503 : Siege Perilous. 

Trois axes cette semaine ont étés développés : le présent (#TheDarkSwanFoutLeBordel), les six semaines à Camelot (#MerlinEstUnArbre) et une mission-champignon magique entre David et Arthur (#Bromance).

Du côté de Camelot, tout le monde se triture la cervelle pour réussir à entrer en communication avec Merlin, qui est, à ce moment-là, coincé dans un arbre dans la cour de Camelot. Pas facile pour causer. Grâce à un manuel de Merlin, les filles arrivent à la conclusion qu’il leur faut un champignon magnique qui permettra à Merlin de discuter avec eux : il faut lancer une escapade ! Trop content de quitter sa tâche de baby-sitter, David se porte volontaire, et avec lui, Arthur, qui propose de l’accompagner. Les deux s’entendent comme larrons en foire, et se trouvent plein de points en communs : ils ont des femmes qui n’ont pas froid aux yeux, ont eus quelques cas de #VDM flagrants, et n’ont pas de sang noble ! Si j’étais Guenièvre ou Snow, je me ferais du soucis…

A Storybrooke, les habitants de Camelot commencent à apprécier moyen-moyen d’être réfugiés, et Emma décide de venir piquer les outils des nains, ce qui crée une mini-grêve chez les travailleurs des mines. David, complètement depassé par sa fille qui fait une crise d’ado sur le tard mémorable, a du mal à vivre le manque d’action. Snow tente d’apaiser son mari, mais le héros bouillonne sous la glace, et il ne tarde pas à être rejoint par Arthur qui lui confie qu’il y a des vols sur son campement et qu’on leur a volé un haricot magique qui aurait pu leur permettre de rentrer à la maison. Ni une, ni deux, papa vient mener l’enquête, trop content de sortir du poste de police où le temps commence à lui sembler long. Pendant ce temps-là, Emma invite Hook a déjeuner…Pour lui piquer son épée, histoire  de régler ses problèmes avec Excalibur. Oh, la tête de chien battu de ce pauvre pirate au coeur brisé…

Retour dans le temps, Regina menace une demi-douzaine de fois sa soeur, en lui jurant que son gosse serait protégé, mais elle ne donne pas cher de sa misérable carcasse verte. Comme quoi, Evil Queen un jour, Evil Queen toujours…David et Arthur, toujours à la quête du champipi magique, arrivent devant un pont qui prend l’eau, et, tout à sa réputation de héros, David se lance joyeusement, sans se rendre compte qu’il y a des trucs bizarres qui flottent dans le lac. Des morceaux de gens, même. Arrivé au bout du pont, il récupère ce qu’il était venu chercher, et revient sur ses pas, non sans se faire attaquer par un troupeau de soldats-fantômes, pas sans rappeler les cavaliers noirs du Seigneur Des Anneaux, qui récupèrent leurs morceaux à droite et à gauche et viennent sérieusement compromettre la position de Charmant. Trouvant leur point faible, Davis dégomme du fantôme en les décapitant, avant de faire le grand plongeon, déséquilibré par une des armures.

A Storybrooke, David piège un des habitants de Camelot, après une course poursuite entre camionnette et cheval qui a tourné au tournoi de joute (belle trouvaille visuelle de la part des réalisateurs), et qui dit que, oui, oui, il a tout volé…Mais pas le haricot. Et il a l’air sincère, en plus. Fichtre ! Ca ne fait pas les affaires de David, mais par contre…Ca fait celles d’Arthur. Le voleur sous les verrous, celui-ci vient le voir, révèle un complot fomenté en hauts lieux, et on comprend qu’il n’y a jamais eu de haricots. A la place, Arthur, drôlement remonté, confie qu’il a l’intention de conquerir Storybrooke et d’en faire sa maison, et qu’il a besoin que son larbin garde sa bouche cousue quand à sa stratégie et leur petit business. La solution est toute simple : lui demander de se suicider, et lui fournir l’arme du crime. Pour Camelot.

David, aidé par Arthur, s’en sort indemne, mais a perdu le champignon. Arthur noie le poisson, et ils rentrent à Camelot tout contents, où Arthur fait de David le chevalier de la table ronde qui remplacera Lancelot, présumé mort. En définitive, Snow, restée en retrait, se rend compte que Lancelot est bien vivant, et il vient lui annoncer une mauvaise nouvelle : en fait, Arthur, c’est pas un gentil. Seul avec Guenièvre, non seulement Arthur a gardé le champignon pour sa pomme, mais en plus, il avoue ne pas être fier de se servir de David. OUAIS BEN TU PEUX.

A Storybrooke, pendant que Hook demande à Robin de venir l’aider à savoir ce qu’il y a dans la pièce secrète chez Emma, Belle se rend compte que la rose de Gold, presque entièrement défraichie, a récupéré toutes ses pétales, signe qu’il se réveille. Problème : le lit est vide, Gold n’est nulle part. Et pour cause : Emma l’a kidnappé, avec l’intention claire de se servir de son état de page blanche pour faire de lui l’instrument qui lui servira à sortir Excalibur de la roche.

Episode plus lent que les deux précédents, mais qui n’est pas sans rappeler la saison 1 dans sa logique de quête et de missions. L’histoire se tient, et Arthur qui se révèle être moins blanc qu’on ne le pensait est une demi-surprise, pas sans rappeler Peter Pan pendant la saison 3. En clair, Once Upon A Time reste dans ses limites, avec ses forces et ses faiblesses, et brille par sa constance.

Ce qui marche : 

  • La relation entre David et Arthur : cela faisait longtemps qu’une amitié n’avait pas été si évidente, même si Arthur cache des choses, ça marche, et ça marche bien.
  • Les tourments amoureux de Hook : jamais on n’aurait cru le personnage tomber au bord de la depression, et pourtant.
  • Dark Swan / Emma Swan : Jennifer Morrison passe de l’une à l’autre avec une facilité déconcertante, rendant à Emma, tantôt sa gentilesse, tantôt toute sa noirceur

Ce qui marche moins :

  • L’hypocrisie de Regina qui dit à Zelena qu’il faut arrêter de se comporter en victime : aux dernières nouvelles, c’est aussi son plus grand fond de commerce.

HOW TO GET AWAY WITH MURDER

Episode 204 : Skanks Get Shanked

Annalise est appelée auprès de la femme de Nate, qui souffre d’un cancer avancé. Elle ne lui épargne rien, qualifie son attitude pour ce qu’elle est, et lui demande de lui procurér un flacon de barbituriques pour qu’elle puisse mettre fin à ses jours.

Du côté des flash-forward, on apprend qu’Annalise, bien que grièvement blessée, est toujours en vie lorsque les secours la trouvent, ce qui n’est pas le cas d’Emily Sinclair, qui git par terre, le crâne défoncé. Connor, Michaela, Wes et Laurel sont avec Nate dans une voiture, où ils écoutent à la radio les rapports des ambulanciers. Annalise ne va peut-être pas survivre.

Annalise travaille sur le cas d’une adolescente qui a tué d’une cinquantaine de coups de couteaux sa meilleure amie, pretextant qu’elle a été malmenée par des camarades de classe qui l’ont forcée. Connor comprend vite que l’adolescente est une sociopathe, et qu’elle recommencera à tuer si Annalise gagne ce procès. Il commence aussi à regarder Annalise sous un tout autre angle, invitant ses camarades à suspecter chez leur mentor et boss la même attitude que celle de l’adolescente. Réalisant qu’elle va parvenir à retourner le jury en sa faveur, Connor laisse une preuve accablante qu’Annalise avait tenté de détruire dans les mains de la partie adverse, et permet de révéler le comportement réel de la jeune femme, qui finit par proférer des menaces envers tout le monde face au juge. Annalise, en se rendant compte de la trahison de son élève, ne s’émeut pas des propos de Connor qui craignait qu’elle ne finisse par tuer encore, et lui rappelle qu’elle peut rendre sa vie bien plus compliquée si elle le souhaite.

Michaela est chargée d’aller, de son côté, travailler chez les jumeaux, et savoir si ils couchent ensemble ou non. Elle est sommée par Annalise de se servir de « son cerveau et ses seins ». La jeune femme refuse d’obtempérer, et discute avec Caleb, essayant d’obtenir des aveux ou la vérité à la régulière. Face à face avec Catherine, celle-ci craque et lui avoue sa virginité, qu’elle accepte de prouver médicalement, invalidant de ce fait les propos tenus par leur gouvernante. Catherine et Annalise se rendent toutes les deux compte que Michaela ressent quelque chose pour Caleb.

Asher, toujours en compétition pour le prix du plus gros trou du cul du monde, de son côté, feint une grippe pour aller, avec son père, faire une déclaration auprès du D.A Sinclair, dans le but de faire accuser le meurtre de Sam sur Annalise. Visiblement, Asher cache quelque chose de lourd de son côte aussi, quelque chose dont Emily se sert pour le faire plier. A la toute fin de l’épisode, Bonnie, qui a fait tracker le téléphone d’Asher par GPS, lui avoue qu’il se trompe de coupable et que c’est elle qui a tué Sam.

Nate donne a Wes des informations précieuses sur les numéros composés par le téléphone de Frank la nuit où Rebecca a disparut, qui conduisent Wes et Levi jusqu’à un cimetière, confirmant leurs deux peurs d’avoir perdu Rebecca pour de bon. Quand Nate tente de faire obstruction à Wes, il lui dit qu’en tant que mari d’une femme malade, il est le mieux placé pour comprendre sa situation.

Annalise obtient de Frank la boîte de pillules, juste après avoir proféré des menaces nettes envers Connor. Elle se rend au chevet de Nia, et lui fait tout un discours sur la depression et de vivre avec un mal, et qu’elle refuse de l’aider à mettre fin à ses jours.

La sensation des premiers épisodes de la saison ne fait que se confirmer ici : la série a su garder ses codes tout en relançant les dés et en jouant sur des sentiments plus noirs, plus violents, plus puissants. Annalise s’exprime pleinement comme très peu soucieuse de la justice, mais dopée à la victoire, même immorale, et Viola Davis est meilleure encore que lors de la première saison. Les noeuds entre les personnages, les amitiés et inimitiés s’expriment plus fortes que jamais, et le visionnage de chaque épisode est jubilatoire. Peter Nowalk a réussi son pari : tenir un concept fort, noir et franc, au delà de sa saison première.

Ce qui marche : 

  • Connor : le personnage avec le moins de sens moral se revèle être celui qui a le plus d’âme. L’interprétation nuancée de Jack Falahee est touchante, réaliste, et on se prend à craindre qu’il ne soit le prochain sur la liste des exécutés sommaires d’Annalise.
  • Nate et Wes : l’union est innatendue, le résultat est intéressant. Ils sont, tous les deux, d’une façon différente, chers au coeur d’Annalise, et ils se trouvent un terrain commun dans la suspicion.
  • Annalise : rien à faire, ce personnage et toutes ses couches n’aurait pas pu trouver mieux que Viola Davis pour lui donner vie.

Ce qui marche moins : 

  • Asher. On a comprit que c’était une tête de con, et qu’il passait sa vie à être à côté de la plaque, mais il commence à devenir sérieusement agaçant.

AMERICAN HORROR STORY : HOTEL 

1

Episode 502 : Chutes & Ladders 

Le premier épisode était relativement gore…Le deuxième est pire ! Vous êtes prévenus.

Le nouveau propriétaire de l’hôtel, Will Drake organise un défilé de mode, qui part un petit peu en freestyle quand Tristan, un des mannequins, embrasse certains invités et attaque les fiancés jaloux. Drogué, visiblement complètement à côté de ses pompes, il devient le nouveau protégé de la comtesse, qui le transforme. Elle en profite pour lui expliquer les règles du jeu, révélant de ce fait le fait que cette saison s’interesse aux vampires et a revisité le mythe. Contente de son nouveau jouet, elle vire Donovan comme un malpropre, qui, accro à elle comme au sang, ne va sûrement pas en rester là.

John Lowe, perturbé par des cauchemars qui pourraient aussi bien êtres réalité, retrouve brièvement la trace de son fils, et est invité par Will Drake, avec sa fille venue lui rendre visite, à assister au défilé. Entraînée par le fils de Drake, elle trouve dans une pièce des cercueils de verre où dort son petit frère, qu’elle retrouve plus tard dans la salle des jeux vidéos, et prend une photo avec lui pour prouver à ses parents qu’il est bien vivant. Là où l’une des deux scandinaves est retenue prisonnière, Iris donne à manger aux enfants, qui sucent son sang sur ses deux bras, jusqu’à la mort de celle-ci, notifiée par un des enfants qui se plaint du goût du sang.

Suspectant des choses décidément de plus en plus bizarres dans l’hôtel, John passe au bar, et confie à Sally, surprenant sa sobriété, et lui explique qu’après une affaire glauque où un père de famille avait été accusé d’avoir empoisonné ses enfants et s’était donné la mort alors qu’il s’était en fait suicidé après avoir trouvé sa famille intoxiquée au monoxyde de carbone à cause d’un radiateur qu’il avait acheté pour les tenir au chaud. Rongé par la culpabilité, John s’était noyé dans l’alcool, et pour se changer les idées, était sorti avec ses enfants et sa femme à la plage. Il a ensuite perdu le petit Holden, et a juré de ne plus toucher une goutte d’alcool. Profondément émue, Sally est visiblement en train de tomber amoureuse de John. Ensuite, c’est avec Iris qu’il discute, exigeant de connaître l’histoire de l’hôtel.

Iris lui raconte alors la légende de Mr March, excentrique riche investisseur, qui a construit l’hôtel et est devenu tueur en série particulièrement glauque, tuant, découpant, massacrant à tour de bras, avec la complicité de sa chère femme de ménage qui s’acharne à arriver à bout de toutes les tâches de sang qu’il fait sur les draps. Lorsqu’il est découvert par la police, lui et sa femme de ménage se suicident, devenant de ce fait résidents permanents de l’hôtel. John refuse de croire Iris, alors même qu’il se rend compte que le meurtrier qu’il recherche tue en suivant les dix commandements, et est bien plus méthodique qu’il n’y paraît.

Plus tard dans l’épisode, alors que sa fille est portée, elle aussi, disparue, et qu’elle revient alors que la police et son père la cherchent partout, elle revient et dis à ses parents avoir vu son frère, et leur montre la photo prise pour le leur prouver. Sur la photo, on la voit, elle, très nettement, mais Holden est flou et impossible à discerner.

L’épisode a été à la fois moins excentrique que la semaine dernière, et plus dingue, et c’est bien la logique dans laquelle la série se lance cette saison. L’écriture est moins saccadée, plus fluide, et on commence à distinguer le fil rouge de la saison, les meurtres sur lesquels John enquête. AHS introduit ici aussi deux nouvelles thématiques, les vampires, entièrement revisités pour être plus « sexy » et moins planplan, surtout après la vague Twilight qui leur avait ôté toute menace pourtant initialement présente depuis Dracula, et les enfants comme vecteurs de jeunesse pour la comtesse. Rares sont les séries qui utilisent les enfants en allant aussi loin dans l’horreur, et c’est interessant de voir où Ryan Murphy et Brad Falchuk comptent aller avec ce thème. Même si on est clairement dans la saison la plus gore, et celle qui pisse littéralement le sang à tous les étages, c’est purement jubilatoire.

Ce qui marche :

  • Lady Gaga, Matt Bomer et Finn Wittrock : le trio sanguinaire est un cas flagrant d’alchimie à trois, tant dans le désir que dans la colère. Trois grands acteurs qui s’amusent et sont extrêmement doués. En plus, Finn a trouvé le moyen de jouer un rôle de cinglé plus malsain que Dandy encore, ce qui est une performance non-négligeable…
  • Wes Bentley : lors de sa conversation avec Sally, sur la drogue et l’addiction, il fait preuve d’une émotion immense et palpable, et pour cause. Façon Robert Downey Jr, Bentley est un survivant de la drogue, un acteur que tout le monde imaginait mort d’une overdose sous six mois et qui a su remonter la pente. Ryan Murphy se sert ici de son expérience, et l’acteur n’en est que plus fort encore. Poignant.
  • Evan Peters : il joue enfin un vrai taré, et c’est un bonheur.

Ce qui marche moins :

  • Will Drake. Les contours du personnage ne sont pas encore cernés comme il faut, et il passe juste pour un riche idiot qui ne sait pas quoi faire de son argent, comme si l’hôtel lui-même le rejetait. A développer.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :